fbpx

Les nouvelles addictions

Les nouvelles addictions

Quand on parle d’addictions, on pense toujours  aux substances chimiques comme :

  • La nicotine,
  • Le cannabis,
  • La cocaïne,
  • L’héroïne et plusieurs autres substances toxiques.

Au cours des dernières années, on a remarqué la naissance d’autres types d’addictions, ces comportements  sont devenus plus communs, plus difficiles à résister.

Des personnes développent des addictions cliniques aux jeux vidéos, jeux d’argents et aux plateformes de réseaux sociaux (Facebook, Instagram , Snapchat et Twitter).

Aucune substance psycho active n’est impliquée dans ces nouvelles addictions, mais elles procurent les mêmes effets parce qu’elles sont divertissantes et bien conceptualisées car elles mobilisent les mêmes parties cérébrales, et sont alimentées par certains besoins humains fondamentaux :

  • L’engagement social et le soutien social,
  • La stimulation mentale et une sensation d’efficacité.

Selon L’OMS le syndrome de dépendance se définit comme un ensemble de phénomènes comportementaux, cognitifs et physiologiques dans lesquels l’utilisation d’une substance psycho active spécifique ou d’une catégorie de substances entraîne un désinvestissement progressif des autres activités.

La caractéristique essentielle du syndrome de dépendance consiste en un désir souvent puissant, parfois compulsif de consommer une substance psycho active.

Les « addictions sans substance » sont des conduites qui présentent des ressemblances avec les dépendances aux substances :

  • Ce désir compulsif,
  • Importance du temps consacré à l’activité et la négligence des autres activités,
  • Le développement d’une tolérance à l’activité,
  • La répétition du comportement malgré les effets négatifs, des symptômes liés au manque et une difficulté à contrôler le comportement.

En théorie, vous pouvez être dépendants à beaucoup de choses, tant que cela parvient à répondre à un besoin profond et que vous le faites de façon compulsive en négligeant d’autres aspects de votre vie.

Tant qu’une expérience touche une zone précise dans le cerveau de l’être humain, ce dernier libérera le neurotransmetteur de la dopamine ce qui déclencherait un sentiment de plaisir intense à court terme.

Exemple si vous mettez quelqu’un face à une machine à sous, son cerveau ressemblera à celui d’une personne qui consomme de l’héroïne.

Mais cette sensation de plaisir ressentie au début va diminuer progressivement lorsque le comportement se répète. Ce qui fait que les gens aggravent l’addiction en dépensant de plus en plus de temps en ligne ou face à l’objet d’addiction, dans une tentative futile de retrouver cette première sensation de plaisir.

L’addiction n’est pas seulement une réponse physique, elle est aussi une réponse psychologique à cette expérience physique.

Pour beaucoup d’entre nous, vérifier son téléphone est devenu un acte compulsif et contraignant, une telle dépendance nous empêche de développer notre capacité à mémoriser ou à être créatif puisque le téléphone se charge de tout à votre place.

Les dépendances technologiques peuvent être surmontées comme toute autre dépendance, il existe des solutions thérapeutiques pour se débarrasser de cette addiction en faisant appel à un psychologue le plus vite possible afin de faciliter les démarches thérapeutiques.

Add Your Comment

Des questions ?

Consultez notre FAQ

D’autres questions ? envoyez-nous un message